Ce site utilise des cookies afin d'améliorer les fonctions proposées. En utilisant ce site, vous acceptez cette utilisation des cookies. La sécurité de vos données et leur confidentialité est pour nous une priorité. Veuillez lire notre Politique des cookies et notre Politique de confidentialité qui ont été mises à jour récemment.

Livre blanc

OBSERVATIONS DES PROJETS DE VIRTUALISATION BUREAUTIQUE

Depuis sa création, Liquidware Labs participe très activement à la transformation des systèmes bureautiques. Avec la visibilité offerte par notre produit Stratusphere FIT pour supporter les évaluations, et Stratusphere UX pour valider la performance, notre expérience s'appuie sur plus de 400 projets de virtualisation bureautique pilotés par des métriques. Forts d'une approche agnostique, les conclusions de notre longue expérience sont sans ambiguïté : la virtualisation bureautique (VDI – Virtual Desktop Infrastructure / Desktop Virtualization) exige une nouvelle approche pour déterminer le dimensionnement et la mise œuvre des ressources serveur correspondant aux charges de travail prévisibles. Que vous choisissiez une mise en œuvre directe avec optimisation ultérieure ou une évaluation initiale, plusieurs caractéristiques critiques doivent être définies.

De nombreux utilisateurs précoces de la VDI estiment que la mesure des charges de travail avant un projet de virtualisation ne sert qu'à déterminer le dimensionnement et le développement de l'environnement serveur hôte. Bien que cette opinion soit partiellement justifiée, cette étape offre d'autres avantages importants. Ils concernent spécifiquement la création de l'image optimale de chaque machine virtuelle (VM). Nous pensons qu'une approche VDI basée sur les métriques offre des avantages fondamentaux :

  • Comprendre l'expérience des utilisateurs de base dans l'environnement actuel est une étape essentielle. Elle vous permettra de fournir une expérience d'utilisation au moins égale, sinon meilleure, lorsque les postes physiques seront convertis dans l'environnement virtuel. Vous pourrez effectuer des comparaisons avant et après l'utilisation des ressources et de l'expérience des utilisateurs.

  • Analyses de l'utilisation des applications par rapport aux images et aux groupes bureautiques : cette étape de l'évaluation permet de mieux comprendre quelles applications sont utilisées et celles qui sont seulement installées. Elle a aussi l'avantage d'apporter une visibilité avancée des ressources requises pour les groupes et les utilisateurs.

Quel que soit le moment de la mesure, vous ne pouvez pas vous passer d'une étape réellement critique : la quantification des ressources informatiques pour fournir aux utilisateurs finaux un support approprié et une expérience d'utilisation optimale. Cette étape est la fondation de tout projet de virtualisation bureautique optimisé et réussi. Cet article ne décrit pas les processus ou étapes de l'évaluation des charges de travail des utilisateurs ou des machines. Il vise à expliquer l'importance des ressources de mémoire et de stockage et plus particulièrement leur rôle crucial dans l'expérience d'utilisation et la performance générale des environnements bureautiques virtualisés et pour les charges de travail.

POURQUOI LA MÉMOIRE ET LE STOCKAGE SONT-ELLES DES RESSOURCES CRITIQUES ?

Fournir des ressources informatiques à des utilisateurs finaux dans une architecture bureautique virtualisée n'a rien de comparable avec les méthodes utilisées dans le passé pour dimensionner, gérer et optimiser des postes de travail. Plus précisément, notre gestion des ressources de serveur et de stockage nécessaires à une mise en œuvre VDI dépend de l'identification et de la réduction des goulets d'étranglement informatiques dans votre environnement.

Pendant l'exploitation de Stratusphere UX, nous avons constaté que les goulets d'étranglement les plus courants sont liés aux taux de consolidation et aux ressources de mémoire et de stockage. Bien que très fréquentes, ces situations peuvent être évitées dès les premières étapes de la mise en œuvre.

  • Insuffisance des taux de consolidation : ce goulet d'étranglement est causé par une utilisation déséquilibrée des ressources des serveurs hôtes. Il est indispensable de comprendre le rôle de l'unité centrale et de la mémoire pour optimiser la performance VDI, puisqu'elle permet d'atteindre deux objectifs déterminants : le coût total de possession (TCO) et le retour sur investissement (ROI).

  • Taille de la mémoire inadaptée aux besoins des machines virtuelles : Le swap mémoire-disque sur le système d'exploitation invité est un autre problème courant. Il génère des problèmes de performance pour les utilisateurs finaux dans une architecture VDI. La situation peut devenir particulièrement complexe, puisque le ballooning et le partage de page mémoire hôte n'empêchent pas les swaps lorsque le système d'exploitation VM invité “pense” que la limite de capacité est proche.

  • Stockage et démarrages simultanés : les déploiements VDI réussis minimisent en outre le nombre d'images VM nécessaires à toutes les instances d'utilisation. Cela peut avoir l'inconvénient de créer des démarrages ou des connexions simultanées excessivement nombreuses (judicieusement appelés "boot storms" en anglais), surtout si les besoins de stockage n'ont pas été mesurés et répartis pour répondre à la fois aux exigences d'utilisation moyennes et maximales.

        Back To Top